Deux amies. Un objectif: se dépasser pour rendre des enfants heureux. Aidez-les dans leur aventure!

Deux amies. Un seul objectif: braver leurs peurs, le danger et l’extrême pour rendre des enfants malades heureux. Jemefaislamalle soutient leur action: le raid la Saharienne en novembre en Equateur pour l’association Make A Wish France. Canoë, course à pied, VTT, orientation- elles vont réaliser l’impossible pour que les enfants malades puissent réaliser leurs rêves. Ecoutez bien, elles ont besoin de votre aide!

JeMeFaisLaMalle. Carine, Aurélie, pouvez vous vous présenter?

Carine. J’ai 29 ans, presque la trentaine aaah :), diplômée de l’ESCP-Europe depuis 2009, et je suis aujourd’hui directrice commerciale de Virojanglor, entreprise française leader dans le packaging. Ma 2ème vie est partagée entre le sport (course à pied, trail, golf principalement) et la musique (chant et piano). 

Aurélie. J’ai 31 ans (mince ! j’ai passé le cap des 30 !), Maitre de conférences à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles. Autrement dit, je cherche les textiles techniques de demain et transmet mes connaissances sur les matières textiles innovantes. Ma passion: les raids multisports pratiqués depuis 2009, et depuis peu le triathlon.

Qu’est ce que la Saharienne?

Aurélie. La Saharienne est un raid multisports d’une semaine, organisé cette année en Equateur à Loja et ses environs. Ce raid destiné uniquement aux femmes avec des épreuves de course, vélo, canoë, tir à l’arc, orientation. Il est également solidaire, puisque chaque équipe (2 co-équipières) représentera une association de son choix.

Carine. C’est pourquoi nous avons besoin de votre aide et de votre participation financière : nous devons réunir la somme de 6950€ pour participer à cette aventure! Une partie de cette somme est directement reversée aux associations choisies par les équipes. Nous avons choisi Make A Wish qui réalise les voeux des enfants malades.


Pourquoi avoir choisi ce raid? Vous êtes si aventurières que ça? Ou c’est la crise de la trentaine?

Carine. On s’est rencontré au ski, il y a quelques années. Une rencontre déjà sous le signe de l’aventure! On adore ça et c’est une dimension importante de nos personnalités, et y ajouter le paramètre solidaire et associatif était pour nous un vrai plus. 

Aurélie. On s’est vraiment découverte lors de précédents petits raids: le goût de l’effort et l’envie de découvrir de nouvelles choses sont deux drivers pour nous. Dès qu’un nouveau défi pointe le bout de son nez, il faut foncer. Celui de la Saharienne est énorme mais nous sommes prêtes à le relever!!!!

Pourquoi avoir choisi l’association Make a wish?

Carine. Make A Wish aide les enfants malades à réaliser leurs rêves. Cela m’a parlé tout de suite, on connaît tous quelqu’un dont un enfant a été gravement malade. Pour ma part, j’avais participé à une association de musique à l’hôpital quand j’étais étudiante: l’idée était d’aller jouer de la musique à des enfants hospitalisés voire en chambre stérile. Voir un sourire s’esquisser sur leurs visages, ou leur apprendre quelques notes sur un instrument n’a pas de prix ! Finalement, on aide les enfants à être heureux, mais ils nous le rendent au centuple!

Aurélie. En plein début de trentaine, nous sommes entourées d’amis qui ont des enfants. Donc forcément nous sommes sensibles aux actions de Make A Wish. Leur vidéo est particulièrement touchante.

Pourquoi avez-vous besoin de notre aide?

Aurélie. De façon pragmatique, on doit réunir 6950€ pour partir. A la fin du raid, une partie de cette somme est reversée aux associations. Tous les dons comptent, petits comme plus importants. Alors, évidemment, on cherche des sponsors pour nous aider mais on compte aussi sur chacun d’entre vous. Chaque participant aura une contrepartie à son don, du bisou « en direct depuis l’Equateur » au panier surprise plein de souvenirs équatoriens!


Qu’est ce qui vous fait peur? Qui vous excite dans ce projet?

Carine. Je ferais la même réponse aux deux questions : un peu tout! J’ai peur du niveau sportif des autres filles, de la fatigue en arrivant là bas après 24 heures de voyage, de souffrir (mais ça fait partie du défi). Je suis également excitée par ce voyage : devoir me surpasser, aller au-delà de mes peurs, courir ou pagayer aux côtés d’Aurélie, et imaginer des sourires de l’autre côté du monde, des enfants qui nous suivront via nos outils de communication! Imaginer leurs sourires ça me donnera l’envie de toujours plus me dépasser.

Aurélie. Les serpents c’est ma phobie!!! Ils me tétanisent! J’espère qu’il n’y en aura pas un pour se glisser dans mon sac de couchage la nuit… Sinon, ce qui m’excite le plus dans cette aventure c’est de vivre une expérience unique au bout du monde avec une centaine de femmes venues se dépasser! C’est une expérience humaine avant tout.

Comment vous préparez-vous physiquement et mentalement à cette aventure?

Aurélie. Je fais plus de sport que de normal, obligé: pédaler, courir, nager, orienter, …. Bref, sortie du travail, mon emploi du temps se remplit d’entrainements et de compétitions… Mentalement, je suis très émotive: je craque totalement à l’arrivée des raids quand je sens la pression monter! Alors à la Saharienne, il va falloir que je prévoie les mouchoirs!

Carine. Je cours, je cours, et je fais du vélo dans Paris (ce qui ressemble souvent à du VTT finalement!). Mentalement, je sais que ça suivra. J’ai un caractère de compétitrice et j’irai me battre jusqu’au bout, même s’il faut finir en rampant!… Pour le physique par contre, l’entraînement est nécessaire ! Et on va participer à des raids ensemble en France avant de partir, pour se « tester »!

Pour vous, une aventurière moderne, elle ressemble à quoi?

Aurélie. C’est une femme active qui sait mettre sa vie (travail, famille, amis, …) de tous les jours de coté pour vivre des moments d’effort et de partage. Mais aussi être la « prof » qui marche bizarre dans les couloirs le lundi matin à cause des courbatures engendrées par le raid du weekend…

Aurélie, au travail et en aventurière

Carine. Business woman la journée en tailleur et talons, cycliste ou traileuse le soir ou le weekend, en baskets boueuses et combo short-t-shirt ! Le plus compliqué étant de masquer les griffures et autres marques laissées par le sport lorsque je m’habille en robe.

Tant de courage et de défi, risquer le tout pour le tout au bout du monde, pour mettre un sourire sur le visage des enfants soutenus par Make A Wish. Une belle aventure soutenue par ce blog, et que vous aussi à votre tour pouvez soutenir. Cliquez ici pour participer à la cagnotte Leetchi! Et merci à tous pour votre soutien!

Pour aller plus loin, lisez aussi